sage femme

La sage-femme exerce une profession médicale. Son champs de compétence concerne la femme enceinte et la naissance. Il est toutefois limité à la grossesse et à l’accouchement normal, un médecin devant obligatoirement prendre le relais en cas de grossesse ou accouchement pathologique. Les actes et les prescriptions médicamenteuses que les sages-femmes sont autorisées à effectuer sont précisés par des textes réglementaires.

La sage-femme assure le suivi médical de la grossesse (examen clinique, échographie, surveillance du fœtus, dépistage des facteurs de risque ou des pathologies) ainsi que de l’accompagnement psychologique de la future mère et les séances de préparation à l’accouchement. Elle a la responsabilité du déroulement de l’accouchement normal, depuis le diagnostic de début de travail jusqu’à ’a délivrance. Après la naissance, elle dispense les soins au nouveau-né et pratique, si nécessaire, les premiers gestes de réanimation en l’attente du médecin.

Elle surveille la santé de la mère dans les premiers jours suivant la naissance, lui apporte les informations sur la contraception et la conseille sur l’hygiène et l’alimentation du bébé. Ainsi la sage-femme joue t-elle un rôle essentiel auprès des femmes en terme de sécurité médicale et d’environnement psychologique de la naissance.Ce métier passionnant est également ouvert aux hommes. Il comporte de grandes responsabilités mais aussi des contraintes telles que les gardes et les horaires variables. Son exercice requiert notamment une bonne résistance physique et psychologique.

A l’heure actuelle, 15688 sages-femmes exercent en France, dont 1 % d’hommes.
 
Téléchargez la fiche en PDF

Exercice professionnel

 

Comme les autres professions médicales, les sages-femmes relèvent d’un code de déontologie professionnel et doivent justifier, pour pouvoir exercer, de leur inscription au conseil national du conseil de l’ordre des sages-femmes.
Le diplôme d’Etat français permet aux sages-femmes d’exercer leur profession au sein de l’union européenne.

 

Carrière

 

Les sages-femmes peuvent exercer en tant que salariées dans des établissements de soins publics ou privés (80 % actuellement d’entre elles, dont la majorité à l’hôpital). A l’hôpital, les sages-femmes relèvent de la fonction publique hospitalière. La carrière est structurée en quatre grades :
-  classe normale
-  classe supérieure : peuvent accéder à ce grade, les sages-femmes de classe normale ayant accompli dans leur grade au moins 8 ans de services effectifs
-  cadre : peuvent accéder à ce grade les sages-femmes de classe supérieure ayant accompli 8 ans de services effectifs dans le corps ainsi que les sages-femmes de classe normale comptant 5 ans de services effectifs et possédant le diplôme de cadre sage-femme.
-  cadre supérieur : peuvent accéder à ce grade les sages-femmes cadres ayant accompli dans leur grade 3 ans de services effectifs.


Les sages-femmes peuvent assurer des fonctions de direction ou d’enseignement dans les écoles de sages-femmes :
-  Les moniteurs doivent être titulaires du Diplôme de cadre sages-femmes (préparé en un an à l’école de cadres sages-femmes de Dijon) ;
-  Les directeurs d’école doivent être titulaires du diplôme de cadre, avoir exercer pendant 4 ans au moins les fonctions de moniteur et passé avec succès le concours permettant d’exercer les fonctions de directeur d’école.

Elles peuvent également exercer en libéral, rémunérées à l’acte ; 12 % ont choisi ce mode d’exercice en cabinet individuel ou de groupe. Dans ce secteur, elles pratiquent essentiellement la surveillance de la grossesse et la préparation à l’accouchement, mais ne font que peu ou pas d’accouchements.


Enfin, elles peuvent exercer comme salariées de la fonction publique territoriale dans les services de Protection Maternelle et Infantile par exemple (3 %) ; leur action concerne essentiellement la prévention et le suivi notamment à domicile des grossesses à risque médical et psycho-social.